Table des matières

tables des matières #

INTRODUCTION #

I- TEMPS DE L’ÉCRITURE #

Mutualisme, symbiose, parasitisme dans la pratique d’écriture : évolution des outils et du médium. #

  • L’écriture est aujourd’hui incarnée par une multitude d’actions dépassant le geste d’écrire.

  • L’écriture a subit des innovations à travers le support et l’outil d´écriture.

  • L’évolution du support a changé le rapport à la textualité.

  • Émergence d’Internet et diffusion numérisée du livre.

L’écriture, système technique et sémiotique, mais avant tout un média. #

  • Tout nouveau média est issu de la transformation d’un autre média.

  • La « lettrure » désigne l’ambivalence duelle de l’activité d’écriture et de lecture.

  • Le support informatique est un support technique où est confudu dans le même environnement écriture et lecture.

  • Nous avons assimilé dans nos pratiques quotidiennes cette dualité présente dans un même espace.

  • Les supports informatiques regroupent au sein d’un même geste la technologie et le symbole.

  • Notre pratique d’écriture et de lecture au sein de l’environnement numérique sont issues de l’Histoire et de la culture de notre société.

  • Ma pratique et la répétition du geste dans l’outil technique amène ma compréhension de cet outil.

  • La PAO a amené des fonctions dans l’écriture boulversant sa manipulation et notre relation à celle-ci.

  • Nous beignons dans un environnement où si l’écriture sort de son dispostif technique cette dernière perd tout sens.

  • Avec ces nouvelles fonctions quelle place prend l’auteur ?

Nouvelles pratiques d’écriture à l’ère Post-Internet. #

  • Toute œuvre existe grâce et à travers d’autres œuvres.

  • Internet pose la question de l’originalité quand tout contenu peut être répliqué et modifié.

  • Les outils et environnements d’aujourd’hui permettent une intertextualité.

  • Le balisage du texte et les logiciels WYSIWYG ne sont qu’une infime partie de ce que peut offrir l’environnement numérique.

  • Des nouvelles technologies de langage permettent un balisage sémentique plus profond et dense du texte dans l’espace numérique.

  • Des nouvelles environnements d’écriture permettent de nouvelles formes inédites à l’écriture.

  • Ces nouvelles technologies sont notamment développées et interrogées par les chercheurs.

  • Le designer de par sa sensibilité plastique et esthétique pourrait aider les chercheurs à amener ces outils et les formes qui en découlent dans une sphère plus publiques.

II- TEMPS DE PUBLICATION #

L’Internet-bibliothèque, une circulation de contenus sans limite. #

  • Internet a permis une remédiation du livre au numérique et de le partager dans ce nouvel espace.

  • Internet conserve cette logique 50 ans plus tard.

  • Le Web 3.0 a amené une personnalisation de l’interface et l’essort des métadonnées.

  • Cette capacité d’Internet d’ubiquité et du stockage d’une énorme masse d’informations est utilisée par les Wikis.

  • Le scripteur devient collectif dans cette volonté de partage et de vérification de l’information.

Discours rapporté, automatisation et réduction. #

  • Les GAFAM utilisent aussi ces capacités hors-pairs d’Internet pour stocker des données.

  • L’édition numérique peut se nourrir de ces capacités pour évoluer et changer notre rapport à la textualité.

  • Cette ubiquité amène à l’emprunt voire au plagiat et nous met donc face à une question éthique.

  • Marjorie Perloff décrit cela comme une nouvelle façon d’écrire.

  • Le Web 4.0 avec son changement d’architecture de stockage notamment pose des questions de sécurité.

Écriture, lecture et édition , fongibles : nouvelles formes de l’édition numérique. #

  • La chaîne éditoriale doit évoluer pour proposer une forme nouvelle permettant une interopérabilité.

  • Les nouveaux modèles de publications doivent reposer sur l’open access et l’open source.

  • Le versionnage d’un projet numérique permet de travailler à plusieurs mains dessus de façon efficace.

  • L’ère du post-internet offre de nouveaux modèles flous et hybrides.

  • La conception d’un livre peut se programmer et être automatisée avec les nouveaux outils numériques.

  • De plus en plus d’acteurs recherchent des formes de publications hybrides.

  • Il faut trouver un équilibre entre pragmatique et esthétique.

  • L’édition numérique pourrait changer notre exigeance face à la lecture.

III- TEMPS DE L’HYBRIDATION #

Déployer la recherche : un besoin des chercheurs de pouvoir écrire un texte sémantique de façon simple, indépendante et de le publier. #

  • Il n’y a que peu d’outils numériques n’étant pas lourd à apprendre ou pauvre pour la sémantique pour la publication académique.

Accès aux données, technologies, outils numériques et de développement web : un vecteur de création et de publication supplémentaire. #

  • Le Web permet une horizontalité dans la fabrication du livre, une hybridation de sa forme et une nouvelle économie du livre.

Médias sociaux, nouvel environnement trouble d’écriture, de publication et de lecture. #

  • Les médias sociaux sont des nouveaux espaces créatifs d’écriture, de publication et lecture.